Village de l’emploi : des formations pour intégrer un emploi informatique

informatique

Publié le : 01 mars 20218 mins de lecture

Trouver un emploi lorsqu’on n’a jamais travaillé auparavant relève du parcours du combattant. Les entreprises préfèrent les candidats avec un minimum d’expérience pour être rentable dès les premières semaines d’exercice de leurs fonctions. On peut certainement comprendre leur point de vue, mais que ferait-il alors de ces jeunes diplômés qui n’attendent qu’une chose : qu’on leur donne une petite chance pour faire leur preuve. Dans cet article, nous allons aborder ces formations postuniversitaires qui peuvent augmenter leur chance de se faire embaucher.

Pourquoi les entreprises préfèrent-elles les postulants expérimentés ?

Si les jeunes diplômés ont moins de chances que les candidats expérimentés pour décrocher un emploi intéressant, c’est parce que ce profil garantit une certaine autonomie dans le travail. En effet, la rareté de ces candidats les rend très convoités. Car de manière générale, un programmeur informatique avec 10 ans d’expérience derrière lui, vous ne le trouverez pas en train d’épier les offres d’emploi et d’attendre qu’on accepte sa candidature. Les entreprises en quête de ce type de cadre dirigeant font appel à des chasseurs de tête dont le rôle est de débaucher ces employés en leur promettant un contrat plus intéressant.

Pour qu’il se décide à quitter son poste actuel et à s’engager dans une nouvelle aventure, le candidat doit recevoir une meilleure offre au niveau de la rémunération, des conditions de travail, de la position hiérarchique, etc. Autant d’exigences qui pourraient pousser les entrepreneurs à envisager des postulants fraichement diplômés. Le problème, c’est qu’ils doivent, dans ce cas, leur accorder un délai initiatif durant lequel ils doivent bénéficier d’un accompagnement presque constant. Une chose est sure : un tel profil ne peut pas être rentable pendant les premiers mois de travail. Il va même occasionner des dépenses que très peu d’entreprises peuvent se permettre.

Pour plus, d’infos, rendez-vous sur village-emploi.fr.

À consulter aussi : Quel parcours suivre pour faciliter son lancement de carrière dans les systèmes d'information en France

Le savoir-faire : une compétence essentielle pour trouver un emploi

Si les formations postuniversitaires ont la cote ces dernières années, c’est parce qu’elles focalisent sur la transmission et le développement du savoir-faire de ses adhérents. Si la recherche d’emploi de ces jeunes se heurte souvent à l’échec, c’est parce que ces postulants possèdent indéniablement le savoir requis pour le poste convoité, mais manquent incontestablement de savoir-faire. Au Village de l’emploi, les formateurs ont pour mission de développer les compétences des formés. Cela suppose de passer de la théorie à la pratique. Les formations sont essentiellement composées de simulations concrètes liées au métier que ces candidats souhaitent dérocher. Dans le domaine du Business Intelligence, les adhérents sont amenés à monter des projets en gérant des data spécifiques.

Ainsi, au bout de cet apprentissage, ils sont capables de produire les mêmes résultats dans l’environnement professionnel réel. En d’autres termes, en l’absence d’expérience à proprement parler, ces formations permettent aux candidats de créer leur propre expérience. Sachez que ces formations ne sont pas l’unique moyen d’y parvenir, mais ils restent plus rapides et efficaces que les forums professionnels et les événements. Certains diplômés passent leur temps à courir d’un salon à un autre avec l’espoir de découvrir de nouvelles stratégies informatiques et d’atteindre des performances plus élevées. Pourtant, tout le savoir du monde ne peut pas égaler le savoir-faire surtout pour un emploi informatique : une compétence opérationnelle orientée vers des résultats concrets.

Nous vous recommandons : Se faire aider dans ses recherches de travail quand on est jeune diplômé en informatique

Le savoir-être : briller sur le plan relationnel et comportemental

Les métiers de l’informatique sont souvent représentés, dans l’imaginaire collectif, avec des profils aux antipodes des valeurs de sociabilité. Lorsqu’on dit informaticien, on pense directement à un geek avec des lunettes et une apparence peu soignée. On pense à un jeune homme surdoué qui maitrise parfaitement le langage des ordinateurs, mais très peu celui des êtres humains. Cette imagerie des années 90 est bien révolu.

À l’aube du 21ᵉ siècle, les entreprises sont en quête de candidats polyvalents capables de gérer des missions informatiques et d’interagir avec des clients. Pour cela, il va falloir développer un certain savoir-être nécessaire pour occuper un poste à responsabilité. Pour mieux comprendre ce concept, vous devez savoir que chaque personne doit se construire une personnalité professionnelle qui peut présenter quelques différences avec ce qu’il est dans sa vie privée. Cela n’implique pas une attitude hypocrite ou une capacité à feindre des traits de caractère, mais une aptitude à se surpasser et à laisser de côté les émotions pour ne pas perdre de vue l’objectif commercial.

Au Village de l’emploi, les coachs vous donnent les clés de l’intelligence émotionnelle et vous montrent comment ne pas prendre les choses de manière personnelle. Un employé performant est celui qui sait faire valoir son point de vue, à bien gérer les confrontations et résoudre les conflits sans générer de tension.

Créer un CV sélectif et percutant

La formation professionnelle au sein du Village de l’emploi vous prépare à obtenir des postes dans des domaines d’activité à fort débouchés grâce à un dossier de candidature solide. Car, avoir les compétences requises pour un poste ne suffit pas, il faut surtout savoir les valoriser. Il s’agit d’apprendre à faire sa propre campagne marketing. Les formateurs vous enseignent les règles fondamentales d’un CV qui ne va pas passer inaperçu. Plusieurs des informations que vous aviez en tête s’avèreront fausses. Nous pouvons en citer la pertinence de citer le maximum d’atouts et de diplômes pour appuyer votre profil.

Au contraire, les recruteurs apprécient davantage les candidats qui se montrent sélectifs et ne citent que les qualifications recherchées pour le poste mis en jeu. Par ailleurs, de nombreux postulants perdent toute crédibilité aux yeux des ressources humaines en soumettant un CV encombré qui témoigne d’un effort de mise en page et de présentation excessifs. Cet excès de zèle finit par leur coûter un poste en or qui aurai pu lancer leur carrière et leur garantir un avenir prospère dans le domaine de l’informatique.

Rédiger une lettre de motivation qui sort du lot

Comme pour le CV, votre insertion professionnelle dépend aussi de la qualité de votre lettre de candidature : un document auquel très peu de postulant accordent l’importance requise. Pourtant, si vous avez passé le cap du curriculum vitae, ce sera le dernier défi à relever pour obtenir un laisser-passer direct à l’entretien d’embauche. Selon les village de l’emploi avis, les recruteurs s’attendent à une lettre divisée en 3 parties distinctes. Chacune d’entre elle doit comporter des informations précises convergeant vers une finalité unique : montrer au recruteur que vous êtes le candidat idéal pour cet emploi.

La lettre de motivation parfaite doit s’ouvrir sur un paragraphe « je » dans lequel le postulant exprime ses motivations et met en avant quelques-uns de ses traits de caractère. Ensuite, on doit retrouver une partie dédiée aux informations que vous avez rassemblées sur l’entreprise. Essayez de faire preuve de concision et de vous limiter à l’essentiel. Pour finir, clôturez votre document avec une partie « nous » dans laquelle vous devez attirer l’attention du recruteur sur le plus que vous pouvez apporter à l’entreprise.


Plan du site